Présentation du projet

Aujourd’hui, l’INPN diffuse un peu plus de 37 millions de données d’observations de la faune, la flore et la fonge sur le territoire français (métropole et outre-mer) et connait une dynamique d’accroissement importante. Les demandes nationales d’extraction de données ne cessent d’augmenter ces dernières années. Les publics concernés sont très divers : administrations, experts naturalistes, gestionnaires d’espaces naturels, chercheurs, bureaux d’études, citoyens…

Le projet de « Requêteur National sur les données biodiversité » a pour but de mettre en place une plateforme web d’interrogation multicritère permettant la visualisation, l’exploration, la validation et le téléchargement des données d’observation sur la biodiversité. Il répondra à 3 enjeux :

  • proposer un accès aux données biodiversité à l’échelle nationale adapté aux différents besoins ;

Les données sont accessibles sur l’INPN à travers des synthèses sur les espèces, sur les contours administratifs et certains espaces (Natura2000, ZNIEFF). L’exploration des données y est encore limitée et le téléchargement impossible. La mise en place d’un système d’accès adapté permettrait aux différents publics du SINP de réaliser leur propre exploration et téléchargement de données en fonction de leurs besoins. Ce système viendrait compléter les obligations de versement de données brutes de biodiversité (Loi Biodiversité), en proposant un système de réutilisation de données de biodiversité dans un format cohérent avec ce qui est attendu dans les versements (format standard SINP, identifiants uniques…).

  • suivre et contrôler les accès à ces données en cohérence avec le protocole SINP ;

Le SINP suit une démarche qui va dans le sens de l’Open Data. Certaines règles liées au contexte du SINP restent cependant à prendre en compte : gestions de licences de réutilisation, droit d’accès aux données maillées / précises, gestion de données sensibles. Un accès adapté aux données est un accès respectueux de ces règles. D’autre part, le suivi de l’utilisation qui est faite des données est un élément attendu : les producteurs et fournisseurs de données souhaitent connaitre la portée de leur travail ; Du rapportage spécifique concernant la réutilisation des données pourra ainsi être réalisé.

  • enrichir les données à travers le processus de validation scientifique nationale.

De différentes natures (données publiques ou privées issues d’inventaires commandités, d’études d’impacts collectées par les bureaux d’étude dans le cadre des procédures réglementaires, collectées par les associations ou sociétés savantes à leur initiative avec ou sans subventionnement, issues d’entreprises, des sciences participatives, de la recherche), toutes les données d’observation suivent des protocoles et méthodes de collectes différentes. La validation scientifique des données au niveau national, complémentaire de la validation régionale et de la validation producteur prévue par le protocole SINP, est un enjeu de taille pour la connaissance, car elle assure en grande partie la qualité de l’information mise à disposition.