Objectifs & réalisations

Le Collectif National Sciences Participatives-Biodiversité s’est fixé deux objectifs :

  • structurer les acteurs des sciences participatives en réseau national, pour favoriser une meilleure interconnaissance, une lisibilité et une visibilité des programmes de sciences participatives en  France ;
  • porter la contribution des sciences participatives auprès des instances politiques relatives à la biodiversité et des acteurs des sciences académiques, pour une meilleure reconnaissance de leur rôle de contribution à l’amélioration de la connaissance scientifique et d’une meilleure prise en compte de la biodiversité par les citoyens.

Ayant atteint en 2013 un stade opérationnel, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme et l’Union nationale des CPIE s’associent pour assurer cette animation et accompagner le collectif dans l’atteinte des objectifs qu’il s’est fixés.

Pour atteindre ces objectifs, le Collectif s’est fixé 5 axes de travail :  

  • Axe 1. Réaliser un dispositif de structuration des sciences participatives (Grille de caractérisation des programmes de sciences participatives pour recenser les programmes existants) ;
  • Axe 2. Assurer l’échange et le retour d’expériences ;
  • Axe 3. Assurer un rôle de portage auprès des grandes institutions ;
  • Axe 4. Animer des ateliers nationaux sur les sciences participatives (mise en réseau des acteurs) ;
  • Axe 5. Assurer une veille sur les sciences participatives.

Les objectifs de chacun de ces 5 axes sont détaillés plus bas.

En 2015, le Collectif national Sciences participatives Biodiversité structure son action autour de 3 groupes de travail :

  • Groupe "Indicateurs" piloté par la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) : en charge d'alimenter l'indicateur "Evolution de l'implication des citoyens dans les sciences participatives liées à la biodiversité" de l'Observatoire National de la Biodiversité (ONB) et de l'affiner ;
  • Groupe "Communication et Publication" piloté par l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) : en charge de produire les outils de valorisation des productions du Collectif et de finaliser le guide de bonnes pratiques de sciences participatives ;
  • Groupe "Evénement" piloté par la FNH (Fondation Nicolas Hulot) : en charge de coordonner la préparation de la Journée nationale des Sciences participatives Biodiversité du 29 mai 2015 à destination des porteurs de programmes de SP et de tous les acteurs intéressés par les SP.

Dispositif de structuration de l’apport des sciences participatives : mise en place d’une grille de caractérisation et reporting des activités

Le groupe de travail s’est fixé pour mission la création d’une grille de caractérisation permettant une meilleure lisibilité des programmes. La mise en ligne de cette grille permet un remplissage volontaire des structures menant un programme de sciences participatives et la constitution d’une base de données sur les sciences participatives en France. Avec cette base de données, le groupe de travail pourra extraire les données en lien avec chacun des programmes et mettre en place des documents de reporting « sciences participatives » relayables auprès des grandes institutions.

Assurer l’échange et le retour d’expériences : accompagnement des porteurs de projets

Cet objectif entre dans le cadre d’une mutualisation des connaissances de porteurs de projets de sciences participatives, et permettra une meilleure visibilité et un meilleur reporting des programmes aux niveaux régional et national. Ceci pourra se faire par :

  • la mise en place d’un « cahier des charges » pour tous nouveaux porteurs de projets avec une check liste de la bonne conduite d’un programme ;
  • un suivi des programmes et un retour d’expériences de la part de chacun des porteurs ayant engagé une démarche avec le groupe de travail.

L’objectif serait d’avoir une idée globale des programmes nationaux pour définir les axes structurants et de développement des sciences participatives dans le futur.

Assurer un rôle de portage des sciences participatives dans les démarches plus institutionnelles, de portée nationale notamment (ONB, SNB…)

Le groupe de travail a pour rôle la promotion et le portage des stratégies de sciences participatives aux niveaux des grandes institutions :

  • le collectif se fera porte-parole des porteurs de projets de sciences participatives auprès des grandes institutions (Ministère) et projets nationaux (ONB, SNB, SINP…).
  • la mise en œuvre de la SNB et la création attendue d’une Agence française pour la biodiversité disposant d’une mission « formation, éducation et communication » nous donne la possibilité de construire et de proposer des initiatives ou des axes de travail visant à faire émerger une « politique » autour des sciences participatives.

Animation des ateliers nationaux sur les sciences participatives

Le groupe de travail se fixe pour mission d’organiser et d’animer des ateliers nationaux sur les sciences participatives sous la forme d’un forum.

Veille sur les sciences participatives

Le groupe de travail se fixe pour mission de veiller sur la thématique des sciences participatives sur le territoire national et à l’international. Les pays anglophones étant très en avance sur cette thématique, un travail de veille sur ce qui se fait et sur ce qui à déjà été fait dans ces pays devra avoir lieu. Les articles et publications sont mis sur le forum des sciences participatives de la FNH, accompagnés d’un bref résumé. Une lettre d’information sur les sciences participatives est en cours de réflexion.